S/M

S/M = sado masochisme

Avant d’aborder le sujet de plein fouet, nous allons tenter de remonter à ses origines parce que les dictionnaires ont tendance à nous cacher beaucoup de choses sur le sadomasochisme tout en insinuant que ce serait une maladie. Il nous est facile de croire que le terme sadisme a été inventé par le Marquis de Sade, et le masochisme par un certain Sacher Masoch, deux écrivains du dix-neuvième siècle.

La réalité est que les pratiques sadomasochistes n’ont pas été inventées par le marquis de Sade ni par Sacher Masoch, car elles existaient déjà à l’époque babylonienne. Elles avaient pour but d’éduquer les esclaves, non seulement pour l’obéissance, mais aussi pour les rendre capable d’effectuer des prouesses de toute nature, que ce soit sur un champ de bataille ou comme domestique pour ne nommer que quelques exemples. Il s’agissait de pouvoir infliger des punitions qui ne laisse aucune trace, car le but est de forger le caractère et non de mutiler. Et cela se fait encore aujourd’hui, mais avant de poser un jugement il vaudrait mieux examiner toute l’affaire dans son ensemble avec un esprit très ouvert.

« Mind-kontrol »

Il existe dans le monde interlope ce que certains appellent des abus rituels « illuminati », où des jeunes enfants, et des adultes aussi, subissent des violences physiques, sexuelles, psychologiques et spirituelles. Le but de ces rituels est de provoquer toutes les conditions nécessaires pour pouvoir les soumettre notamment à du contrôle mental, avec une loyauté sans faille, et leur inculquer des capacités hors commun dans une douzaine de branches y compris la prostitution de haute voltige et les activités militaires. Lorsque j’ai évoqué les sacrifices et la programmation requise qui est d’une certaine complexité, dans l’article sur la magie sexuelle, c’est d’eux que je parlais.

Ce « mind-control » est une arme à double tranchant. Car si les abus rituels peuvent contribuer à programmer un policier pour qu’il soit capable d’intervenir dans une prise d’otages, ils peuvent aussi servir à programmer des assassins, des tireurs d’élite, et des pilotes de bombardiers capables de commettre des assassinats de masse le plus froidement du monde du moment qu’ils en ont reçu l’ordre.

Dans certaines sociétés secrètes on programme des jeunes enfants au moyen d’abus ritualisés, pour développer leurs capacités dans six branches précises. Ces six branches d’entraînements sont les sciences, les opérations militaires, la politique, le leadership, la spiritualité ainsi que les sciences de l’éducation.

Toujours en se fondant sur des punitions extrêmes, on les entraîne à acquérir des compétences dignes des athlètes olympiques. Et bien que l’on puisse programmer des sportifs de haut niveau, il est tout à fait possible de créer des super-policiers, en les entraînant à la force musculaire, à la résistance à la douleur (chose que l’on voit souvent dans le BDSM de salon), au développement de la mémoire photographique, à l’absence de peur, et plusieurs autres capacités. Notamment on les entraîne à pouvoir se dissocier facilement pour permettre le développement de certains pouvoirs psychiques. Après ça, quand on se retrouve avec un tireur actif dans une université, on est bien content de pouvoir compter sur ces super-policiers.

À l’autre bout du spectre on a des sadiques qui engendrent des enfants pour les plus mauvaises raisons du monde, pour en abuser jusqu’à plus soif. En retour de leurs souffrances, lorsque ces enfants ont grandi, ils n’ont reçus aucune compétences ni aucune éducation qui leur aurait permis de bien se débrouiller. Ils alors condamnés à une existence minable.

Et entre les deux extrêmes on a tout une population qui a souffert dans des pensionnats où l’abus ritualisé était la norme. Et au lieu de leur donner une formation de haut niveau comme dans le premier groupe, on a cherché à en faire du bétail facile à exploiter par des entreprises aux ambitions oligarques. On leur a inculqué une éducation, mais volontairement limitée à l’obéissance servile et à l’absence d’ambitions.

Petite note : Malgré la monstruosité apparente des organisations impliquées dans les abus rituels, « sataniques » ou « illuminati », peu importe la dénomination, je n’entretient aucun sentiment d’hostilité envers les adeptes. Je suis absolument certains d’en avoir connu plusieurs, et je ne suis pas du genre à tenter une déprogrammation inopportune. Ils ont leur vie, et moi la mienne. Et qui suis-je pour vouloir sauver de ces âmes alors que je ne suis jamais certain de pouvoir moi-même sauver la mienne? Oh! Je suis certains d’en avoir compté parmi mes bons amis à une certains époque de ma vie, y compris une ou deux esclaves de type MK-Ultra, mais les connaissances qui m’ont permis d’en avoir la puce à l’oreille sont récentes et ces gens n’ont pas été éduqués pour se mettre à nu facilement. En d’autres mots, je me suis rangé derrière la Loi de l’amour.

les traumatismes

Ces méthodes d’éducation ne sont pas sans conséquences à long terme, lesquelles se fondent sur l’infliction volontaire de traumatismes. Il en reste donc des séquelles chez ceux et celles qui ont subi ces sortes d’abus. Est-il étonnant que la moitié d’entre eux développent des fantasmes sadomasochistes une fois devenu adulte, alors que l’autre moitié trouvera toujours ces pratiques dégoûtantes? Intéressons-nous d’abord au premier groupe. Pour expliquer ce qui fait que d’anciennes victimes d’abus vont devenir adeptes du sadomasochiste, ma première hypothèse est que ces gens ont choisi l’adaptation au lieu de la fuite. La deuxième hypothèse est que l’inconscient individuel se serait senti en affinité avec l’inconscient collectif de toute l’affaire des abus rituels, concept qui sera détaillé plus loin.

Plusieurs autres situations peuvent se produire. Dans un cas de figure on a été abusé sans rien recevoir en retour, aucune éducation qui nous fasse accepter les épreuves comme étant un prix dérisoire en regard des gains obtenus dans une brillante carrière. Mais lorsque nous sommes devenus adultes, et qu’on s’adonne tout à coup à des jeux d’impacts, le fessier va rapidement s’adapter en perdant progressivement de sa sensibilité. Avec un partenaire qui connait bien son affaire, la douleur se transmutera en plaisir. Qu’arrivera-t-il alors? Souviens-toi, dans la section du bondage, j’ai mentionné qu’on peut se défaire d’un traumatisme en tordant la mémoire des faits pour réarranger la mémoire psychologique. Ainsi ce qui était autrefois douloureux et humiliant est devenu jouissif et ludique. Ce n’est qu’un exemple.

Dans un autre cas de figure, l’adepte du sadomasochiste va reproduire ces rituels dans un esprit ludique dans le but, parfois inconscient, de se réconcilier avec le bourreau de son enfance. « Tu as eu ton fun, j’ai eu le mien. Maintenant prend soin de toi, et attention à ton karma. »

le formatage éducatif

Revenons maintenant en arrière et faisons une petite régression en enfance. Les enfants sont caractérisés par une grande créativité et la spontanéité, deux caractéristiques fondamentales de l’âme. Les enfants s’unissent facilement entre eux, ce qui est loin d’être le cas chez les adultes qui sont plus divisés, et bourrés de codes sociaux que les enfants n’ont pas.

Lors du formatage éducatif, l’enfant perd progressivement sa connexion avec l’âme pour se brancher sur un mental collectif pré-formaté. Pour y parvenir on le punit chaque fois qu’il manifeste sa spontanéité, on brime sa créativité pour qu’il écoute « les grandes personnes », on l’oblige à passer 5 heures par jours derrière un pupitre alors que son cœur est toujours à l’extérieur de cette prison.

Enfants, on nous a enlevé notre innocence avec la permission du gouvernement, on a brisé notre créativité, on nous a enfoncé dans le cerveau que le corps est mauvais, que trop de liberté peut rendre fou, et toutes sortes d’insanités pour nous transformer en esclaves obéissants.

l’égrégore du sadomasochisme

Maintenant si nous retournons à la dernière partie de la page sur la Philosophie, rappelons-nous du concept de l’inconscient collectif. Lorsque des milliers de personnes vivent une expérience ritualisée, de manière répétée, en y déchargeant toute leur émotions, un champ d’énergie prend forme. Puisque les abus rituels existent depuis des millénaires, qu’ils ont probablement toujours existé, il a dut se former un inconscient collectif extrêmement puissant de ces rituels. Considérons cela comme une pièce de puzzle.

Une autre pièce maintenant: Il y a peut-être autant d’adeptes du BDSM qui ont été abusés qu’il y en a qui n’ont jamais été abusés. Comme il y a des non adeptes qui ont été abusés et d’autres non. Il n’existe aucun lien entre les abus subis dans l’enfance et la fessée qui fait fantasmer bon nombre d’adultes. Il n’y a qu’un champ d’énergie où toutes les expériences en liens avec le sado-masochisme sont stockées. Il suffit ensuite qu’une innocente passe devant la vitrine d’un sex-shop qui expose des fouets et qu’elle se dise « pourquoi pas moi ». À peine que cette pensée lui a traversé l’esprit, une brèche vient de s’ouvrir. Lorsque l’égrégore concerné voit cette faille, il se jette sur l’innocente et commence à lui projeter des imageries mentales et à la nourrir pour en faire une adepte.

Il ne faut pas avoir peur de cela, car ces champs d’énergie sont partout, il n’y a nulle part où aller pour se mettre à l’abris. Car ces champs d’énergie sont nos pensées. On peut les remplacer par d’autres, mais nous ne pouvons pas arrêter de penser. Donc l’idée est d’accepter ce qui peut nous faire du bien, et de rejeter le reste. D’où l’utilité du premier test que je t’ai fait passé en première page.

Tout inconscient collectif peut être modifié à notre avantage. Ainsi dans l’imagerie que le champ d’énergie du sadomasochisme nous envoie, nous pouvons trier ce que nous jugeons acceptable ou non, et rejeter ce qui risque de ne pas nous convenir. Car l’inconscient collectif contient absolument tout, des pensées des adeptes les plus légèrement attirés jusqu’aux sadiques aux réalisations les plus perverses.

les jeux d’impacts

Maintenant nous allons parler des jeux d’impact comme il se pratique couramment dans les chambres à coucher, et aussi dans les clubs Fetish. Nous allons surtout nous intéresser à l’aspect ludique, à l’esprit de jeu, à la mise en scène théâtrale. Nous parlerons donc du dosage délibéré, de la libération des endorphines, de l’insensibilisation du fessier.

Le but de tout cela est une transformation alchimique dont je vais te laisser en découvrir les tenants et aboutissants par toi-même. J’arrête ici toute dissertation psycho-philosophique, il est temps maintenant d’entrer dans le vif du sujet… de plein fouet!

Un terrain de jeux que nous avons tous

Dans la leçon précédente nous avons fait la connaissance du kinkster, ligoteur en puissance et expert dans l’art de limiter les mouvements de la soumise pour l’obliger à relaxer.

Maintenant nous allons faire la connaissance du spanker, celui qui connait l’art du spanking. Avec le mot spank, ce sont les dérivés anglophones du mot fessée, lui-même souvent remplacé par l’expression « jeux d’impacts » parce que le mot fessée peut paraître infantilisant. En français on dit aussi « fesseur » à la place de spanker.

Nous devons aussi définir ce qu’est un Top. Il s’agit du spanker qui joue sur une base occasionnel, qui Top une soumise qu’il voit de temps en temps, ou qui Top de manière improvisé lorsque ses talents sont requis lors d’une soirée en club. La soumise, quand à elle, elle est une bottom lorsque sa relation n’est pas centrée sur la soumission.

plusieurs types de fessées

La fessée peut être jouissive ou punitive, elle peut provoquer la détente comme elle peut nous mettre sur le qui vive ou l’évitement. La douleur et le plaisir sont deux sensations qui se ressemblent. Une douleur persistante, répétitive, finit par se transmuter en plaisir. De même qu’un plaisir persistant, répété à l’infini, finit par devenir douloureux. C’est comme abuser d’un dessert sucré, ça fini par un mal d’estomac. C’est le système immunitaire du l’humain qui est responsable de cette permutabilité entre le plaisir et la douleur. Une fessée longue et bien rythmée finit par provoquer une sécrétion d’endorphines, et la peau des fesses peut être durcie comme la corne qui se ramasse à la racine des doigt des travailleurs manuels. Nous sommes ainsi immunisés contre les douleurs extrêmes, bien que les tortionnaires professionnels sachent comment contourner ces mécanismes de défenses immunitaires. Mais les Top spankers savent très bien, eux aussi, comment exploiter ces défenses biochimiques pour transformer la douleur en jouissance. Une fois que l’endorphine est sécrétée par les glandes surrénales, la soumise ne voudrait pas que son Top arrête la fessée car elle est en pleine jouissance. Mais ce truc avec l’endorphine n’est pas facile à maîtriser, et ça demande une certaine dose de pratique.

La fessée érotique

Généralement donnée à mains nues, elle est doucement appliquée et ponctuée régulièrement d’un massage du fessier. Lorsque les fesses ont été bien réchauffées, il peut s’ensuivre un massage de l’entrejambe en prolongeant l’attente du moment où les caresses deviendront plus sexuelles. La finalité est que la fessée érotique fasse d’abord mouiller la femme, et qu’elle se termine par un orgasme provoqué ou non. Et oui, il y a des femmes qui giclent juste en se faisant donner une fessée sans aucune autre simulation. Les impacts à répétition peuvent rendre un fessier très érogène.

Désensibilisation du fessier

Il s’agit principalement de fessées d’entraînement, et ça ne se fait pas en une seule séance. Lors de rencontres fréquentes entre la soumise et son fesseur, ce dernier choisi un instrument approprié, il réchauffe son fessier, et peu à peu il augmente la force des coups. Lors de chaque rencontre la soumise en subira des meilleures, ce qui entraîne une désensibilisation par adaptation. Une fois désensibilisé, après nombre de séances, plusieurs avenues deviennent possibles. Les scènes théâtrales deviennent plus réalistes notamment dans les clubs Fetish, la discipline domestique peut faire son nid tranquillement, et les trips avec les endorphines deviennent plus accessibles avec comme conséquence un accès à de profonds états de relaxation.

Les catharsis (jeux de rôle)

Ainsi la soumise adepte du cosplay peut se plonger dans un scénario imaginaire où elle doit passer un bureau du directeur à cause d’un sous-vêtement interdit par le code vestimentaire. Je te laisse imaginer la suite. Dans une telle mise en scène, une catharsis s’opère sans nécessairement avoir connaissance de la pulsion qui se libère, de l’émotion qui est purgée, car la mise en scène est vécue dans un esprit ludique avec toute la créativité et l’innocence de notre soi.

En savoir plus

Plusieurs autres types de fessées, ainsi que les moindres détails, sont exposés dans mes carnets offerts dans la section Ebook. Il s’agit d’histoires courtes qui contiennent tous les ingrédients permettant d’avoir une connaissance détaillé de ces « contre-rituels ». Le tout exprimé de façon romancée, de façon théâtrale. Tu es l’observatrice, et chaque l’histoire décrit deux personnages que tu vois comme à travers le trou d’une serrure, ou comme une voyageuse de l’astral.

les instruments d’impacts

Les instruments d’impact sont nombreux et ce n’est pas par pure fantaisie. C’est que leur forme a quelque chose à voir avec le type de douleur qu’on va infliger et le dosage de celle-ci. Examinons les principaux instruments prisés par les fétichistes, et étudions leurs caractéristiques. Ainsi tu pourras mieux appréhender, anticiper le plaisir, et voir si cela est fait pour toi. Car précisons tout de suite que les jeux d’impacts ne sont pas prisés par tous les fétichistes, ils ne conviennent pas à tous et toutes car nous ne sommes pas tous fait du même moule.

Ceux qui chauffent

Les instruments qui chauffent le plus sont de forme plate, comme la palette de bois, la strap, et la règle d’une certaine longueur, et la main humaine. Leur énergie d’impact est diffusée en largeur, en surface. Les marques infligées sont de formes plus ou moins rondes sur les fesses. La dangerosité est proportionnelle à la masse, plus l’instrument a de la masse plus vite des bleus se forment par l’éclatement des veines sous la peau. Pour éviter de blesser il faut une énergie cinétique moindre, ce qui peut s’obtenir en diminuant l’épaisseur de la partie qui entre en contact avec la peau ou en choisissant un matériau léger. En tout temps un manche léger permet de mieux manier l’instrument.

Ceux qui pincent

Les instruments qui pincent ont un point de contact filiforme, c’est le cas de la canne de bambou et de la cravache à fil. Le point de contact est réduit en largeur et plus prononcé en longueur. Les marques sont aussi de formes longitudinales. Étant donné le profil rond, les instruments réputés pour pincer on moins d’énergie cinétique que les instruments plats, mais ils peuvent compenser par l’abrasion lorsque leur flexibilité est suffisante pour glisser sur les fesses.

Ceux qui sont abrasif

Ensuite viennent les instruments qui tendent à glisser sur la peau au lieu de se contenter d’y diffuser une onde de choc. C’est notamment le cas de la strap et du martinet, une partie de l’onde de choc est amortie par leur glissement. Pour éviter d’infliger des marques trop sévères, les instruments abrasifs doivent avoir une texture douce pour pouvoir glisser sur la peau au lieu de l’érafler.

Le bull whip

L’instrument le plus dangereux est le bull whip, fait d’un manche, d’une longue queue en cuir tressé d’un ou plusieurs mètres, se terminant par un mince filin ou un slaper de suède. Certains peuvent lacérer et tuer quelqu’un. Naturellement que certains sont conçus pour que les fétichistes puissent s’amuser. La douleur d’un bull whip n’est pas infligée au moment du contact, ce n’est que quelques fractions de seconde après l’impact qu’une sensation se fait sentir et il n’y a pas de quoi paniquer.

Un instrument de premier choix

Le martinet est le plus versatile de tous les instruments, exception faite pour la main. Dépendamment de la texture de ses lanières plus ou moins douces ou abrasives, le martinet peut être doux ou cinglant. Il peut être chauffant si les lanières sont nombreuses, ou pinçant si elles sont très limitées en nombre. La douleur peut être à peine ressentie si les lanières sont en suède, légères et nombreuses, comme la douleur peut être plus prononcée si les lanières sont peu nombreuses et en cuir finement tressés. La longueur et du manche et des lanières joue sur la douleur infligée, mais aussi sur son maniement par le jeu du poignet.

Le martinet est le plus versatile des instruments, celui qui est illustré ici semble en être un d’excellente qualité.

Tout doit être question de dosage

Tout d’abord il y a un dosage dans la conception des instruments destinés au fétichisme : poids, épaisseur, longueur, matériau, texture, flexibilité, etc. Ensuite un bon spanker doit savoir bien doser les coups pour que la scène ne sorte pas du cadre du jeu.

C’est le dosage de la douleur qui va influencer l’intérêt ou le désintérêt de la soumise envers les jeux d’impact, et aussi dans sa relation avec son spanker. Car tout dosage immodéré peut conduire à des comportements violents, et faire sonner l’alarme.

les marques

La tolérance aux marques est un point important à faire connaître à notre Top. La femme mariée qui voit un Top en cachette n’aura pas la même tolérance que la célibataire qui peut se cacher les fesses le temps qu’il lui faut pour une guérison complète.

TABLEAU 3 – TOLÉRANCE AUX MARQUES

Les temps de guérison peuvent varier d’une personne à l’autre, en fonction du type de peau, de taux de gras, la cellulite, les varices, les zones, etc. Les temps du tableau 3 sont indiqués à titre très approximatif, sans aucune prétention scientifique.

Étant Maître en Reiki et magnétiseur, je peux réduire un bleu de moitié en une vingtaine de minutes par un massage du fessier. Mais je ne donne aucune garantie de succès à l’avance, et surtout pas aux femmes mariées.

Devoir no 7

Ce devoir est la suite du précédent. Il s’agit de reprendre la liste du devoir no 5 et d’y ajouter des nouvelles catégories en lien avec les jeux d’impacts.

TABLEAU 4 – CATÉGORIES DE JEUX D’IMPACTS DANS LA CHECK-LIST (EXEMPLE)

conseil du maître

Ne soit pas sur le point de te sauver et de mettre fin à cette aventure. Dans la vie il peut y avoir des contradictions entre différentes personnalités, des implants peuvent se sentir menacé d’éviction. Mais comme tu l’as bien apprise dans la section philosophique, si un tel conflit surgit, réserve-toi un petit espace pour tes jardins secrets et ne te laisses pas culpabiliser par les pensées issues d’autres inconscient collectifs qui ne desservent aucun de tes intérêts ni ton bonheur personnel. Le monde est vaste, et tout peut être arrangé à ton avantage. Il suffit de rester calme, de pratiquer le calme mental, et cultiver ta candeur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s