Nightlife

Le fétichisme est une culture au même titre que la culture punk, avec quelques différences notables. Nous partageons avec les punks certains styles de musique comme le EBM, le Old Shool Industrial, le Dark Gothic. Nous aimons certains styles vestimentaires se rapprochant un peu plus du glamour, mais avec une touche parfois plus futuriste ou plus minimaliste. Les fétichistes vivent des relations intenses où les besoins entre eux sont très clairement exprimés, et par le fait même très variés. Lorsque nous sommes en groupe dans un événement public, les femmes se sentent beaucoup plus respectées que dans les bars ordinaires. Et chose frappante, plus une femme est audacieuse dans son habillement Fetish, plus elle est estimée et cela peu importe qu’elle soit de nature soumise, switch ou dominante.

Avant d’aller plus loin… il est bon de savoir que sur 100 fétichistes, au moins la moitié ne seront pas attirés par les jeux d’impact, une autre moitié qui ne le seront pas par le bondage, et encore une autre moitié qui ne font ni de domination ni de soumission. Tout comme il existe beaucoup d’amateurs de jeux d’impacts qui ne sont pas fétichistes pour autant.

Qu’est-ce que ça veut dire?

Chacun pourra y trouver son compte même s’il ne s’intéresse que partiellement à un seule de ces fétiches. Nous ne sommes pas une religion, et nous n’avons aucun dogme à part celui du jeu sain, consensuel et sécuritaire.

Les sans costumes fétiches peuvent toujours être les bienvenus dans la plupart des événements fétiches en autant qu’ils s’habillent tout en noir, et à condition de se sentir en affinité avec l’une ou l’autre de nos activités de prédilection. Toutefois, faire un effort pour se vêtir en fétichiste sera toujours récompensé. Autrement dit, il ne faut pas s’attendre à prendre rapidement les devants de la scène sans fournir l’effort vestimentaire.

C’est comme je disais sur la page philosophie. Aucune prière ne portera fruit à celui qui ne prend pas la peine de vitaliser l’entité évoqué par un lien affectif très fort. Pour être aimé des fétichistes, il faut être comme eux, il faut se jeter dans le courant au lieu de le regarder passer.

le décorum

Lorsque l’on a pris la décision de donner libre cours à nos fantasmes, si on veut mettre de la suite dans nos idées, il va falloir accorder une grande importance au décorum. Si on veut consacrer un espace temporel à cette activité, et avoir une facilité à switcher entre la vie de tous les jours et nos moments de détente dans nos jardins secrets, il y a deux bonnes méthodes pour mettre une séparation.

La première consiste à se procurer quelques costumes réservés à cette fin, qui nous permettra au moment voulu de décrocher de notre rôle habituel pour plonger dans notre personnage et donner libre cours à nos fantaisies.

La deuxième méthode consiste à fréquenter un club Fetish et à se dire que tout ce qui va se passer là-bas restera là-bas, que nous n’apporterons rien avec nous à part quelques bons souvenirs. Mais cette perspective de sortir dans un endroit où nous ne serons pas seuls peut apporter son lot de questions si nous ne sommes pas prêts à partager notre intimité à ce point.

par où commencer?

Commence par inviter le démon dans un tiroir.

Certains costumes coûtent cher, et ce n’est pas de quoi que nous portons à tous les jours. Mais grâce aux achats en ligne de vêtements fabriqués en Chine, ce luxe tend à se démocratiser, à devenir très accessible. Commençons par emplir un tiroir secret en commandant sur Wish ou Amazon.

Si vous commandez sur Wish, faites attentions aux grandeurs. Les chinoises sont plus petites et menues que leurs consœurs occidentales. Choisissez des produits qui affichent une grille de grandeur en pouces ou en centimètre. Car une grandeur moyen ou large n’est pas la même pour le marché chinois ou occidental.

Sur Wish et Amazon la plupart des vêtements de cuir sont en similicuir. Si vous avez un gros budget, profitez-en pour encourager nos artisans locaux. Le latex sur Wish en est également du faux, mais l’effet visuel est très réussi. Encore-là, si votre budget vous le permet, mieux vaut encourager nos artisans locaux en achetant des vêtements de vrai latex. Le PVC est un matériau peu coûteux et visuellement saisissant, et donc un bon point de départ pour se monter une section de garde-robe réservé à notre futur personnage. Sur Wish vous aurez aussi des vêtements cosplay pour une bouchée de pain, notamment la mini-jupe d’écolière. Mais vous pouvez aussi l’acheter dans une boutique locale pour quelques dollars de plus.

Pour les adeptes des jeux d’impacts et du bondage, les économies fait sur les sites d’achat en ligne en matière de tenues vestimentaires devraient vous permettre d’acheter des bons fouets et des bonnes menottes en vrai cuir auprès des artisans locaux.

La meilleur manière de commencer, c’est de commencer par emplir un tiroir ou une section de garde-robe. Les occasions apparaîtrons mieux par la suite. Attendre d’avoir un ou une partenaire avant de magasiner, c’est comme mettre la charrue devant les bœufs, l’occasion risque de ne jamais venir.

echangisme et libertinage

Je n’ai rien contre l’échangisme et le libertinage, j’en ai même déjà fait. Mais il est bon de savoir que les clubs Fetish sont très différents des clubs échangistes. Le taux d’échangistes parmi les fétichistes n’est pas plus élevé que dans la population ordinaire. Bien que certains clubs tentent parfois le coup de faire un mixte, l’expérience nous démontre que les fétichistes sont souvent réfractaires à s’adonner à l’échangisme. Tout d’abord parce que ce n’est pas tous les fétichistes qui mélangent le BDSM avec la sexualité. Et le fétichisme dans son ensemble est très sensuel et féminin, alors que l’échangisme est davantage axé sur la sexualité masculine comme on en voit dans les films pornographiques.

Il est un fait à souligner, c’est que lorsque les clubs échangistes se sont battus à la Cour Suprême, ils ont gagner parce qu’ils ont pu démontrer que la société canadienne en générale ne considère plus l’échangisme comme une activité offensante. Nos clubs fétiches profitent maintenant des retombées de ce jugement de la Cour Suprême qui leur a permis de sortir de la zone grise de la loi, notamment en ce qui concerne les scènes de nudité qui peuvent être permises dans certains clubs.

Mais en matière de loi il faut aussi comprendre la portée de l’article 174 du Code Criminel avant de se décider à sortir sur la rue dans une tenue visant à briser les tabous encore existants. Nul ne peut le faire sans excuse légitime. Sur ce point je peux vous dire que les centres naturistes sont légaux parce que le bronzage intégral est une excuse légitime pour être nu. De même que ces centres perdraient leur privilège d’être familiaux s’ils permettaient à leurs membres de s’adonner à des activités sexuelles à la vue des jeunes. Tout l’art d’être conforme à l’article 174 réside dans l’absence d’intention illégitime, qu’il s’agisse d’être à demi-nu dans un club ou en tenue provocante sur la place public. Ainsi il est certainement possible de porter un string-bikini avec une excuse légitime à la piscine, mais l’excuse légitime risque d’être plus difficile à démontrer si c’était pour aller se dandiner en face d’une mosquée.

fétichisme social

Lorsque le désir nous prend de se constituer une garde-robe de vêtements fétiches, comme le kit complet tout en cuir emprunté aux motards ou les ensembles tout latex qui te fera ressembler à une cyborg futuriste, le salon du domicile risque de commencer à te faire sentir bien à l’étroit. Viendra donc un temps où il te faudra sortir prendre de l’air, et partir à la rencontre de tes semblables.

Au printemps 2019 s’est tenu à Montréal un événement de danse et musique électronique au sommet de la Tour du Stade Olympique. Ne soit pas surprise si je te dis que des femmes habillées comme sur la photo il y en avait. Je les ai vu sortir de leur voiture dans le parking souterrain et se dandiner le fessier dans les dédales du stade, passer par la sécurité et les détecteurs de métaux, et monter par le funiculaire jusqu’à la salle de danse qui nous attendait à 540 pieds dans les airs. C’est alors qu’on se rend compte que la pudeur appartient au passé. Le truc est d’être bien accompagné. Et chose remarquable, il n’y a pas un bar en ville où une femme va se sentir aussi respecté que dans « notre » gang.

Cette soirée était dansante, et servait en même temps à amasser des fonds pour la lutte contre les cancers féminins. Il n’y avait aucune station de jeu, pas de sexe, pas de fessée, juste de la danse, dans une ambiance de discothèque avec vue panoramique de nuit sur la Métropole, et un code vestimentaire fétiche obligatoire pour tous. Chez les fétichistes sociales nous sommes un petit monde, et les anciens de la première heure se connaissent presque tous. Mais la nouveauté est toujours la bienvenue.

les donjons publics

Parlons maintenant d’un tout autre aspect du fétichisme très en vogue : les donjons publics. Ce sont des clubs où le code vestimentaire est strict, et où les gens y vont surtout pour faire du BDSM social. Remplaçons l’exposé par un petit lexique et tout aura été dit, ou presque…

Donjon

C’est un local spécialement équipé pour le bondage avec des bancs de fessée et autres structures de jeux. Différents types d’instruments de fessée comme les fouets, martinets, cravaches, sont fournies. Mais aussi le nécessaire de nettoyage d’après usage.

Stations de jeux

Ce sont des structures généralement fait en bois, mais parfois en métal, munis de plans de contact rembourrés, sur lesquels nos partenaires de type soumises vont être attachées pour y recevoir toutes sortes de traitements et stimulations corporelles. Bien sûr qu’il y a des soumis aussi, mais souviens-toi…

Soirées protocolaires

Certaines soirées sont de type protocolaire. Elles comportent des règles annoncées d’avance, et elles doivent être suivies à la lettre sous peine d’expulsion. C’est du genre : Les Dominants portent le tuxedo ou sont très bien vêtus, les soumises sont soit entièrement nue ou très légèrement vêtues, elles servent le repas, s’occupe du rangement après repas, doivent être silencieuse en tout temps sans droit de parole, s’asseoir par terre, etc. Si elles fautent elles seront punies à la vue de tous, si le couple faute de manière non accidentelle il risque d’être invité à partir. Les soirées non protocolaires sont plus nombreuses, et leur code vestimentaire ajusté en conséquence.

Code vestimentaire

Histoire d’éloigner les curieux et de maintenir un décorum respectable, un code vestimentaire est de rigueur dans pratiquement tous les événements fétiches. Ce code est normalement affiché en prévision de chaque événement.

Le collier

Celle qui porte le collier est déjà prise, elle appartient à quelqu’un. Alors on ne la drague pas, sous peine de paraître extrêmement impoli. Il est possible de demander une permission à son accompagnateur lorsque la situation laisse à penser qu’une discussion ou une scène est opportune.

Safe Code

Nous en parlerons de façon plus détaillé à la dernière page portant sur la sécurité. Pour résumer, le safe code est composé de trois signaux permettant de gérer une scène lorsque la soumise subit un inconfort important. La soumise possède un code pour demander l’arrêt du jeu, un code pour dire que sa limite est proche, et un dernier pour dire que tout va bien pour le moment.

Le DM

Pour les novices qui n’y ont jamais mis les pieds, il est bon de savoir que dans un donjon respectable il y a des moniteurs de jeux qui sont spécialement formés pour veiller à la sécurité de tous. Dans le jargon on les appelle les Donjon Master, d’où l’abréviation « DM ». Lorsque les DM remarquent qu’une scène semble particulièrement louche ou non sécuritaire, ils vont s’approcher pour surveiller le jeu, et intervenir si la situation le requière pour arrêter le jeu et le Dominant devra s’y conformer. Les DM répondent du propriétaire des lieux et ils ont toute l’autorité requise pour intervenir. D’ailleurs un Dominant ayant comme projet d’effectuer une scène particulièrement intense aura intérêt à en aviser les DM avant de l’entreprendre et se conformer aux directives s’il en reçoit.

L’utilité des donjons

Comme on vient d’en reconnaître la teneur, il est facile d’en déduire qu’en plus de faciliter les rencontres, les donjons publics sont un atout important pour pratiquer sainement le BDSM, en toute sécurité.

Les « Fetish Nights »

Les donjons ne conviennent pas à tous, car ce n’est pas tous les fétichistes qui aiment voir des scènes d’impacts et autres stimulations corporelles. Certains ont plus de plaisir sur un plancher de danse qu’en regardant les autres jouer. Là aussi il faut surveiller le thème de la soirée dont l’emphase est mis sur le costume qu’on veut le plus extravagant possible.

le cyberespace

L’auteur de ces lignes profite de l’Internet depuis l’époque de MsDos et les babillards électronique sur écrans monochromes. Ses premiers GT avec la communauté fétichiste remontent à 1992 grâce à ce babillard. C’est de là que tout est parti sur le plan communautaire, mais le GRAND départ s’est fait en 1987 avec sa deuxième blonde et toute première partenaire fétichiste. Revoir l’histoire de ces réseaux depuis 1992 à nos jours, en passant par les newsgroups serait redondant. Pour t’inciter à l’action nous allons nous concentrer sur l’époque actuelle et sur le plus facile.

Le réseau FetLife

C’est là que tout se passe actuellement, depuis une bonne décennie. Environ 100,000 nouveaux membres rejoignent FetLife à tous les mois. Il est un incontournable pour l’industrie des clubs fétiches, et il est absolument rare qu’un événement fétiche puisse se permettre de ne pas s’annoncer sur FetLife. Ce réseau est extrêmement bien fait, et sa version gratuite laisse passer toute l’information entre les membres et les promoteurs locaux. La version payante ne procure que quelques petits avantages supplémentaires comme l’accès aux fichiers vidéos, et elle ne coûte vraiment pas chère.

FETLIGHT

Le portail que tu lis en ce moment n’est aucunement relié à FetLife, d’aucune façon. Il a une vocation purement éducative. Le choix du domaine FETLIGHT a été motivé par une raison toute simple : Il est un assemblage de FET pour Fetish, et LIGHT pour lumière. Autrement dit, il sert de relais pour retransmettre la connaissance de soi sur fond de fétichisme. Travailleur de lumière à ses heures, tout en étant bien ancré dans le fétichisme, le choix de ce domaine s’imposait pour sa simplicité descriptive.

DEVOIR NO 9

Passons maintenant à l’examen de tes fantasmes hors chambre à coucher.

TABLEAU 6 – LE NIGHTLIFE DANS LA CHECK-LIST (EXEMPLE)

la « vraie » vie

Beaucoup de pièces de puzzle ont été décrites et étudié. Il n’est pas nécessaire de toutes les inclure dans notre tableau intérieur pour devenir actif dans le fétichisme.

Les fétichistes ne sont pas tous adeptes des jeux d’impacts.

Les fétichistes ne sont pas tous adeptes du Bondage.

Les fétichistes ne sont pas tous adeptes des jeux de Domination / soumission.

Les fétichistes ne sont pas tous adeptes du latex et du cuir.

Les fétichistes ne sont pas tous adeptes du Nightlife et du fétichisme social.

D’ailleurs les fétichistes ne sont pas tous attirés par les réflexions sur la psychologie, la philosophie et la métaphysique.

Autrement dit le fétichisme est vaste. Et entre eux, les fétichistes peuvent être très différents. En écrivant sur les abus rituels et la détraumatisation sur un blogue de BDSM, j’ai pris beaucoup de liberté parce que, à ce que je sache, personne ne l’a fait avant moi. Mais dans la vraie vie, nos partenaires de jeux ne se cassent pas la tête avec des délibérations métaphysiques et la psychologie des traumatismes. Le but d’une rencontre entre partenaires de jeux, c’est le jeu. Et à travers le jeu, nos relations se développent et nous passons par des expériences qui nous en apprennent beaucoup sur nous-mêmes. Mais je crois que la plupart des adeptes vont se poser mille questions en leur for intérieur, et tôt ou tard ça va déborder dans certains forums de discussion sur FetLife. Car c’est normal que les adeptes passent certains moments à faire toutes sortes de réflexion sur les fantasmes qui les animent.

Dans la vraie vie, dans la réalité du jeu, les adeptes vont se glisser dans la peau de l’écrivain et l’écrivaine qui conçoivent des scénarios, ils vont ensuite négocier les scènes qu’ils veulent jouer. Ce faisant, leur relation se colore, leurs désirs respectifs se fraient un chemin, et ils vivent peut-être les parties de plaisirs les plus intenses de leur vie.

Pendant ce temps, alors que les vanilles, freinés par l’habitude et la monotonie, dépérissent en s’efforçant de se conformer aux règles traditionnelles de la morale sexuelle admise, les kinksters se libèrent d’un tas de blocages, Nous n’avons qu’à nous laisser aller lousse, et notre créativité se libère, ainsi que notre candeur et nous devenons comme des jeunes enjoués. Il suffit simplement d’être soi-même.

La vie n’a de sens que le sens qu’on lui donne

ebooks

Dans ces carnets nous allons passer à un style d’écriture totalement différent. Il s’agit en faits d’histoires courtes faisant interagir un kinkster avec différentes partenaires rencontrées en chemin en différents contextes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s